titre mille collines

 carte

 la houe

 la vache

 systèmes de clientèles

 ethnies

  •  autres pages consultables traîtant d'histoire coloniale et de la montée de l'ethnisme:

 UN PEU PLUS DE
 INDEPENDANCE

"Imana yirirwa ahandi igatawa i Rwanda"

"Dieu passe ses journées ailleurs, mais il rentre dormir au Rwanda"

(Rwanda. Contes des Monts de la Lune)

superficie: 26.000 km2

population: 7.940.000 (en decembre 1993)

85% de Hutu, 14% de Tutsi et 1% de Twa

langue: Kinyarwanda

pays francophone et kiswahiliphone

carte rwanda

Le RWANDA, "pays des mille collines", est un pays montagneux d'Afrique situé entre l'Ouganda au nord, le Zaïre à l'ouest, le Burundi au sud, la Tanzanie à l'est et traversé du sud ouest au nord ouest, par les hautes altitudes de la crête Congo-Nil. Pays essentiellement agricole (92% des habitants sont ruraux), producteur de fruits et légumes, de thé et de café.

drapeau du Rwanda jusque fin décembre 2001.

drapeau du Rwanda à partir du 1er janvier 2002.

retour haut de page

dessin de houe
  la houe ("izouka"), outil de base rudimentaire du paysan, forgée au Rwanda. Destinée au labour, la houe s'usait vite à cause de la mauvaise qualité du métal. Certains saisonniers incapables de se payer une houe, étaient liés par contrat à un paysan Hutu plus aisé et s'engageaient à cultiver 2 jours pour le donateur et 2 jours pour lui-même, ainsi de suite jusqu'à l'usure de l'outil. D'autres journaliers ne pouvant assurer le quotidien de leur famille, recevaient en salaire de leur peine chez autrui, un panier-ration par jour composé de haricots, de pois et de patates douces. Puis il y avait les agriculteurs aisés, qui ne pouvaient engager de main d'oeuvre mais s'entraidaient tels les paysans d'Europe au XIXe siècle, lors des moissons par exemple. Enfin, il y avait les riches agriculteurs qui avaient pour idéal de richesse, de vivre en échappant aux "servitudes" de la houe en employant des "brassiers". "Les Hutu ne constituaient donc aucunement un groupe économique homogène, cependant ils avaient toujours conscience d'appartenir au monde de la houe ". (selon "Histoire du Rwanda" de Bernard Lugan. 1997.Bartillat)

retour haut de page

 la vache ("inka"), et le bétail étaient originellement élevés par les Tutsi à qui ils appartenaient de droit divin. La vache avait un rôle social avant tout: elle donnait à peine 1 litre de lait par jour, était maigre pour la boucherie. Sa peau était encore ce qu'elle léguait de plus précieux. Par contre, il existait des "liaisons mystiques" entre l'homme et la vache. Une véritable civilisation de la vache s'était instaurée sous l'égide des "Mwamis", souverains Tutsi du Rwanda, qui avaient chacun un "double mystique", un taureau sacré vivant à la cour. Cette civilisation reposait sur 2 éléments: le prestige social, le pouvoir du possesseur de bétail d'une part, et l'amour de la vache d'autre part. Ainsi, les canons de beauté étaient parfois inspirés par les bovins, et les femmes souvent comparées à certaines vaches.

retour haut de page

Durant la période pré-coloniale, et pour asseoir son pouvoir sur les terres conquises aux "roîtelets" Hutu, l'aristocratie Tutsi avait instauré un système social centralisé de dépendance personnelle et de protection, l' "Ubuhake". En voici le principe de base: un homme d'un rang social donné vient se recommander à un autre d'un rang plus élevé qui lui octroye du bétail. En échange, si c'est un hutu qui le reçoit, celui-ci devra des travaux serviles et une quantité déterminée de produits vivriers, et cela à "perpétuité" puisque ce type de contrat retombera sur les héritiers si le bétail ou sa descendance est encore vivant à la mort du contractant. Si le "bénéficiaire" de ce prêt (car il n'est ici, question que de jouissance de l'animal et non de propriété) est un Tutsi, il s'acquittera de tâches de "conseiller, messager, informateur, compagnon d'armes, en un mot, l'instrument d'influence sociale et politique entre les mains de son maître..." ("Histoire du Rwanda")

Bien sûr, dans ce système, chacun est toujours l'obligé d'un plus gros qui lui aussi, offrira une protection totale à son subordonné. On comprend vite qui contrôle ainsi tout le bétail dans chaque région puisqu'il n'est meilleur protecteur que le chef d'armée, dont le grade revient en priorité aux Tutsi les "mieux nés" .

" Les avantages de l' "Ubuhake" évidents pour le groupe pastoral tutsi ont été vus sous un quadruple aspect:
 
  •  maintien de sa domination sur les agriculteurs.
 
  •  exploitation économique.
 
  •  défense de la cohésion sociale par la protection de la masse hutu.
 
  •  centralisation du pouvoir par le contrôle des autorités subordonnées." ("Histoire du Rwanda")

En bref, et sans développer ici qui sont les Twa, troisième communauté du Rwanda, nous dirons que les Tutsi n'ont pas le privilège de la richesse, ni les Hutu celui de la misère sociale. Des Hutu possédaient de grands troupeaux sans pour cela se plier à l'Ubuhake, d'autres, plus rares, étaient anoblis par le Mwami, souvent pour faits d'héroïsme, et devenaient ainsi Tutsi. l'exploitation économique touchait indiféremment les uns et les autres. Hutu et Tutsi vénèraient le même ancêtre mythique, "Gihanga", et "partageaient de nombreuses valeurs communes et transcendantes" depuis des siècles, et bien sûr, la même langue, le kinyarwanda .( toujours selon "Histoire du Rwanda" )

"Pour pouvoir parler d'une ethnie hutu et d'une ethnie tutsi différentes, devrait exister entre les deux groupes une opposition de langue, et/ou de culture, et/ou de religion, et/ou de territoire, ces oppositions constituant la définition de la notion d'ethnie. Or, au Rwanda comme au Burundi, Hutu, Tutsi et Twa parlent la même langue, ont une culture identique, pratiquent les mêmes religions et ont toujours vécu les uns parmi les autres... Le mot "ethnie" ne s'applique donc pas aux différences internes aux sociétés rwandaises et burundaises." ("Rwanda, généalogie d'un génocide" de Dominique Franche. 1997. Les petits libres.) 
 
   Pour en savoir un peu plus :
 
  •   Races, clans, catégories sociales ou identitaires ?

  •   Qu'est-ce que le "BWOKO" ?

 retour haut de page
 HISTOIRE

frise bas de page