LE DISCOURS DE KABAYA

Ijambo rya Mugesera Léon, yavugiye muli mitingi yo ku Kabaya, taliki 22/11/1992


Discours reproduit ici intégralement en français et kinyarwanda dans le but de le proposer à l'appréciation objective de chacun. Les interprétations critiques de la traduction ne manqueront pas. Elles sont les bienvenues. Il semble que ce discours révèle plus de choses qu'il ne le désirait lui-même sur l'essence paranoïaque des dictatures, l'idée inacceptable du partage du pouvoir, le régionalisme acharné de la seconde République et le refus de l'"étranger", ethnisme dans l'ethnisme puisque ceux qui ne sont pas du Nord sont tous "ibyitso", complices du FPR...Le discours donne aussi une idée du rôle domestique assigné à la femme par le parti jadis unique. Les passages sur "Agathe" sont à ce propos significatifs. Agathe Uwilingiyimana, ministre à l'époque de l'enseignement primaire et secondaire, sera une des premières victimes hutu "ibyitso" du génocide le 7 avril 94, tout comme l'autre ministre hutu modéré cité par Mugesera sous le nom de "Lando" (Landoald Ndasingwa, ministre du travail et des affaires sociales en 92). Deux noms proposés par hasard à la vindicte populaire...

Les accusations sont lancées sur des "on dit", des phrases rapportées, ou ne s'appuient que sur des propos tenus sur les ondes de Radio-Rwanda, station officielle unique en 1992 et naturellement affidée à la mouvance présidentielle.

Les incitations à l'extermination sont enrobées de citations approximatives de l'Evangile ou de dictons populaires, ou encore, empruntent à une symbolique de l'agriculture qu'il serait utile de dénicher ici précisément (travailler, couper, arracher les mauvaises herbes, défricher...etc...). La loi non applicable est aussi appelée à la rescousse pour justifier les mobilisations populaires et la "légitime défense"...

Tout ce qui n'est pas dit ou volontairement caché dans le discours est tout aussi révélateur...
 La tribune est ouverte, vos analyses seront bienvenues.

 

LE DISCOURS 

Texte en kinyarwanda. Discours prononcé par Léon Mugesera lors d'un meeting du MRND tenu à Kabaya, préfecture Ruhengeri, nord-ouest du pays, le 22 novembre 1992.    traduction en français par prof. Thomas Kamanzi, Linguiste, Directeur du Centre d'Etudes Rwandaises à l'Institut de Recherche Scientifique et Technologique (IRST) BUTARE - RWANDA
1. Muvoma yacu, ramba...
Perezida Habyalimana, narambe...
Abarwanashyaka ba Muvoma tuli hano twese, turambe...
Notre mouvement, longue vie...
Que le président Habyarimana ait longue vie...
Que nous militants du Mouvement ici réunis, nous ayons longue vie. 
2. Abarwanashyaka ba Muvoma yacu, twese uko duteraniye hano, ngirango ijambo ndi buvuge muranyunva, ndababwira ibintu bine gusa : mu minsi ishize nababwiye ko twanse agasuzuguro, n'ubu turacyakanga ! ibyo ntabwo mbigarukaho !  Militants de notre mouvement, comme nous sommes tous ici réunis,je pense que vous saisirez le sens du mot que je vais vous adresser : Je vous parlerai de quatre points seulement. Dernièrement, je vous ai dit que nous avons refusé le mépris. Encore aujourd'hui, nous le refusons ! Je n'y reviendrai plus ! 
3. Uko nitegereje imbaga nyamwinshi twese duteraniye hano, biragaragara ko icya mbere nari kuvuga nari nkwiye kukireka : kuko nari ngiye kubabwira ngo mwirinde umugeli wa MDR ilimo gusamba !
Icyo ni icya mbere.
Icya kabili ngirango tujyeho inama : twivogerwa ! haba hano tuli, haba no mu gihugu; icyo ni icya kabili.
 
 
Icya gatatu ngira ngo mbabwire, na cyo ni ikintu gikomeye, ni ikuntu tugomba kwifata kugira ngo twilinde abagambanyi n'abashaka kutumerera nabi. Hanyuma rero icyo ndi busozerezeho nyine, ni ubulyo tugomba kwifita. 
Quand je considère la foule immense constituée par nous tous ici réunis, il est clair que je devrais omettre de vous parler du premier point à traiter : car j'allais vous demander de vous méfier des coups de pied du MDR agonisant ! Cela est le premier point.
Le deuxième point sur lequel je voudrais que nous échangions des idées, est qu'il ne faut pas que nous nous laissions envahir ! Que ce soit ici où nous nous trouvons, que ce soit aussi à l'intérieur du pays. Cela est le deuxième point.
Le troisième point dont je voudrais vous entretenir est également un point important à savoir la manière dont nous devons nous comporter pour que nous nous protégions contre les traîtres et contre ceux qui veulent nous porter préjudice. Ce par quoi je vais justement terminer, c'est cette manière dont nous devons nous comporter. 
4. Icya mbere rero ngira ngo mbagezeho, icyo kintu gikomeye ndagira ngo mukimenye... Kuko imigeli MDR na PL, na FPR, hamwe na rya shyaka ryitwa PSD na PDC ndetse, bitera muli iki gihe, mumenye impamvu ritera imigeli. Rikayitera rero rishaka ko urwara rwagera kuri perezida wa repubulika bikanga, ali we perezida wa Muvoma yacu. Rikayitera ku barwanashyaka bacu... Mumenye impamvu iyo migeli ilimo guterwa : bulya ujya gupfa aba afite indwara !!!
 
Igisambo Twagiramungu yagiye kuli Radiyo kuko ali perezida w'ishyaka, aliwe wayihamagaliye ngo agiye kuhicira CDR, irahamutsinda ! Imaze kuhamutsinda, mu matagisi hose i Kigali, abarwanashyaka ba MDR, PSD n'ibyo byitso by'inyenzi, barakonje pe ! benda guhwera na we ubwe araligita, ntiyasubira no mu biro yakoreragamo, ndababwira ko uwo muntu, ishyaka rye ryataye isaro, bose bagira ubwoba bahita bapfa !
 
 
 
Kubera rero ko iryo shyaka hamwe n'andi bafatanyije kuko ari ibyitso by'inyenzi, umugabo uliri mo witwa Murego ageze i Kibungo afata ijambo aravuga ati : "Twe dukomoka ku Bahutu kandi turi Abahutu.." Bati : "Urakavuna umuheto ! shahu ibyo by'Abahutu urabivuga ubibwiwe na nde ? ". Bararakara ubwo barahwera !
 
Noneho minisiteri w'intebe witwa ngo niba ari Nsegashitani cyangwa iyaremye, simbizi afata inzira n'i Cyangugu ngo agiye kubuza Abahutu kwirwanaho, Abatutsi babatega za mines, mwabyumvise kuli radiyo, maze bamuha urw'amenyo, namwe mwarabyiyunviye ata umutwe, n'abarwanashyaka be bose n'amashyaka bafatanyije.
 
 
Ubwo rero murumva abo bantu bimaze kugenda gutyo...Mwiyumviye perezida w'ishyaka ryacu, nyakubahwa Jenerali-majoro Habyalimana Juvenal, ageze mu Ruhengeri, avuze, Ikinani kiragaragara, ba bandi bahita bajya mu mva, murumva rero umugeli w'abo bantu, ko bahwereye, bateye umugeli bumvise uRwanda rwose n'abo mu yandi mashyaka balimo kuyavamo, bagaruka mw'ishyaka ryacu, kubera ijambo ry'umukuru wacu.
 
 
Umugeli wabo rero ulindwa umubi, icyakora uko tungana dutya ndabona tuli benshi, nta n'aho bawunyuza barata igihe.
 
 
Ibyo rero ni icya mbere, MDR n'amashyaka bifatanyije bilimo gusamba, umugeli wabyo, muwilinde, aliko uko nabibonye n'urwara ntiruzabageraho ! 
Le premier point donc, que je voudrais vous soumettre, est ce point important que je voudrais porter à votre connaissance. Comme MDR, PL, FPR ainsi que le fameux parti appelé PSD et même le PDC s'agitent ces jours-ci. Sachez pourquoi ils s'agitent et ils s'agitent dans le but de porter atteinte au Président de la République, à savoir, lui le Président de notre Mouvement mais cela ne leur réussit pas. Ils s'agitent contre nos militants ; sachez la raison pour laquelle ces agitations sont en train de se produire : en fait, lorsque quelqu'un va mourir, c'est qu'il a déjà en lui la maladie !
Le voleur Twagiramungu s'est présenté à la radio en sa qualité de Président du parti, et c'est lui qui en avait fait la demande, pour y aller parler contre la CDR. Mais il y fut terrassé par cette dernière. Après qu'elle l'y eût terrassé, dans tous les taxis, partout à Kigali, des Militants du MDR, du PSD, ainsi que les complices des Inyenzi, ont été profondément humiliés, jusqu'à en devenir presque morts ! Et même Twagiramungu lui-même, a complètement disparu. Il ne s'est même plus montré dans le bureau où il travaillait ! Je vous assure que le parti de cet homme s'est couvert de honte : tout le monde a eu peur et ils ont failli en mourir !
Etant donné donc que ce parti ainsi que ceux-là qui partagent ses opinions sont des complices des inyenzi, quelqu'un de parmi eux du nom de Murego à son arrivée à Kibungo, a pris la parole pour dire : "Nous autres, nous descendons des Bahutu et effectivement nous sommes des Bahutu". On lui répondit : "Puisses-tu perdre par la mort tes frères ! Dis-donc, de qui tiens-tu ces propos relatifs aux Bahutu ?". Ils se fâchèrent jusqu'à en devenir presque morts !
C'est alors que le Premier Ministre du nom, dit-on, de je ne sais pas s'il faut dire Nsengashitani (Je-prie-Satan) ou (Nseng) Iyaremye (Je-prie-le-Créateur) s'est mis en route vers Cyangugu pour aller empêcher aux Bahutu de se défendre contre les Batutsi qui posaient des mines contre eux. Vous avez entendu cela à la radio. Alors on l'a raillé, vous l'avez vous-même entendu, et il a perdu la tête, lui et tous les militants de son parti, ainsi que ceux des autres partis qui partagent ses opinions.
Vous comprenez donc que c'est à ce moment où ces gens venaient d'essuyer un tel revers, que le président de notre parti, son Excellence le Général-Major Habyarimana Juvenal a pris la parole à son arrivée à Ruhengeri. L'"Invincible" s'est présenté solennellement, tandis que les autres-là disparaissent sous terre ! Dans leurs agitations, ces gens étaient presque morts de s'agiter, car ils avaient appris que tout le monde, y compris même ceux qui se réclamaient d'autres partis, étaient en train de les quitter pour revenir dans notre parti, grâce au discours de notre Chef.
Leurs coups de pied menaceraient le plus averti. Néammoins, étant donné notre nombre, je me rends compte que nous sommes si nombreux qu'ils ne pourraient pas trouver où les donner : ils perdent leur temps !
C'est donc là le premier point. Le MDR et les partis qui partagent ses opinions sont en train d'agoniser. Evitez leurs coups de pied. Comme je l'ai constaté, même un coup d'ongle ne pourra vous effleurer !
5. Icya kabili nagennye kubabwira : ni ukutavogerwa. Muve aha rwose mujyanye iryo jambo rivuga KUTAVOGERWA.
 
 
Mbe wa mugabo we, nawe wa mubyeyi we muri hano, harya umuntu azaza yicare mu rugo rwawe, ahannye, wongere wemere ko ahagaruka koko ?!? Uwo ni umurizo rwose !
Mumenye ko ikintu gikomeye cya mbere,...hano mwabonye abavandimwe bacu b'i Gitarama ; amabendera ni jye wayatanze nkora mu biro by'ishyaka ryacu, yose i Gitarama barayashinga ; ariko iyo uturutse i Kigali ukaza ugatambuka, ukinjira muli Kibilira nta bendera rya MRND, likihatamba barayamanuye !
 
Ibyo aribyo byose namwe murabyumva abapadiri batwigishije byiza na Muvoma yacu ni muvoma y'amahoro, ariko bamenye ko natwe amahoro yacu nta kuntu umuntu ashobora kuyagira na we atirwanyeho.
 
Hari abaciye umugani ngo : "Ushaka amahoro ahora yiteguye intambara". Maze rero, muli perefigurata yose yacu ya Gisenyi, ni ubwa kane cyangwa ubwa gatanu mbivuga, ni bo babanje. Mw'Ivanjili biranditse ngo'ko : "Nibagukubita urushyi kw'itama limwe uzatege ilindi bakubite ho". Njye mbabwiye ko iyo Vanjili yahindutse muri muvoma yacu : nibagukubita urushyi kw'itama limwe, uzabatere ebyili ku rindi hanyuma biture hasi ubutazazanzamuka !
 
Aha rero, nta kantu kitwa ibendera ryabo, nta cyitwa ingofero yabo, nta cyitwa n'umurwanashyaka wabo ugomba kwongera kuza ku butaka bwacu kuhavugira : ndavuga Gisenyi yose uko yakabaye !
Le deuxième point dont j'ai décidé de vous entretenir, c'est de ne pas vous laisser envahir. A tout prix, vous quitterez ces lieux en emportant avec vous cette parole, à savoir ne pas vous laisser envahir.
Dis-donc, toi homme, toi père ou mère ici présents, si quelqu'un vient un jour s'installer dans ton enclos et y défèque, accepteras-tu encore réellement qu'il y revienne ? Cela est tout à fait interdit.
Sachez que la première chose importante...vous avez vu ici nos frères de Gitarama. Leurs drapeaux, c'est moi qui les ai distribués lorsque je travaillais au siège de notre parti. Partout à Gitarama, on les a hissés. Mais quand tu viens de Kigali, que tu continues d'avancer pour pénétrer dans Kibilira, plus aucun drapeau du MRND ne s'y trouve : on les a descendus !
Quoi qu'il en soit, vous le comprenez vous-même, les prêtres nous ont appris de bonnes choses ; notre Mouvement aussi est un mouvement pour la paix. Cependant, il faut qu'on sache que, pour notre paix, il n'y a pas d'autre moyen de l'avoir que de se défendre soi-même.
Certains ont cité l'adage suivant : "Qui veut la paix prépare toujours la guerre". C'est ainsi donc que, dans notre préfecture de Gisenyi, c'est la quatrième ou la cinquième fois que j'en parle, ce sont eux qui ont agi les premiers. Il est écrit dans l'Evangile que si l'on te donne une gifle sur une joue, tu offriras l'autre pour qu'on tape dessus. Moi je vous dis que cet Evangile a changé dans notre mouvement : si on te donne une gifle sur une joue, tu leur en donneras deux sur une joue et ils s'effondreront par terre pour ne plus reprendre leurs esprits!
Ici donc, plus rien de ce qui s'appelle leur drapeau, plus rien de ce qui s'appelle leur bonnet, plus rien même de ce qui s'appelle leur Militant ne doit venir sur notre sol pour y prendre la parole : je veux dire dans tout Gisenyi, sur toute son étendue ! 
6. Ngo : "Kirya abandi bajya kukirya kikishaliriza" ! Bamenye ko umugabo ari nk'undi, natwe urugo rwacu ntiruvogerwa. Kuvogerwa rero mumenye ko ari umuziro !
 
Ikindi kintu ngira ngo mbabwire ku byerekeranye no kuvogerwa, mugomba kwanga, ni ibintu biteye ubwoba ; mukuru wacu, Munyandamutsa, amaze kubabwira uko byifashe. Ati : "Ba ensipegiteri bacu, ubu mu gihugu hose ni 59 birukanye". Muli prefegitura yacu ya Gisenyi ni 8 !
 
Maze se mwa babyeyi mwe muteraniye hano, mwali mwabona niba akili umutegarugoli simbizi aliko mwali mwabona uwo mugore uyobora Minisiteri y'uBurezi ali we uza kumenya ko abana banyu bavuye mu ngo, bakajya kwiga cyangwa bagasubira mw'ishuli ?!? Ntimwumvise ko yavuze ndetse ngo ntihakagire uwongera no kwiga ? None rero yahutse no mu barezi ! Ndagira ngo mbamenyeshe ko yabahamagaye i Kigali, akababwira ngo : "Ntihakagire umuntu n'umwe yumva ko ngo ensipegiteri, umurezi, wagiye mw'ishyaka" !
Baramushubije bati : "Banza urivemo nawe kuko uli ministri kandi uli mw'ishyaka, natwe tuzagukulikira" ! Aracyalirimo, kandi mwumvise no kuli radiyo ukuntu asigaye atuka na perezida wacu. Hali umubyeyi wagiye gukoronga ku gasozi ?!? Maze rero icyo ngira ngo mbabwireho, ni amanyakuli ntabwo ali ugukeka ngo byaba ali ibi, ngo hali ababa barakubaganye muli bo. Icyo bazira ni uko bali muli MRND ! None bazaza kutuvogera (des mots manquent) muli MRND, badukuremo abantu twemere ?
(un proverbe) dit : "L'(hyène) mange les autres mais lorsqu'on va la manger elle se fait amère" ! Qu'ils sachent qu'un homme en vaut un autre ; notre enclos aussi (le parti) ne se laisse pas non plus envahir. Sachez donc que se laisser envahir est interdit !
Il y a également une autre chose dont je voudrais vous parler au sujet de "ne pas se laisser envahir" et que vous devez refuser car ce sont des choses effrayantes. Notre aîné Munyandamutsa vient de vous dire ce qu'il en est en ces mots : "Nos inspecteurs actuellement au nombre de cinquante-neuf à travers le pays viennent d'être chassés". Dans notre préfecture de Gisenyi il y en a huit !
Dites-moi, chers parents ici réunis, avez-vous jamais vu, je ne sais pas si elle est encore une mère de famille, avez-vous jamais vu donc cette femme qui dirige le Ministère de l'Education, venir elle-même savoir que vos enfants ont quitté la maison pour aller faire étude ou retourner à l'école ? N'avez-vous pas entendu qu'elle a dit que désormais plus personne ne retournera à l'école ? Et maintenant, elle s'en prend aux éducateurs ! Je voudrais porter à votre connaissance qu'elle les a convoqués à Kigali pour leur dire qu'elle ne veut plus entendre qui que ce soit dire qu'un Inspecteur-éducateur s'est fait inscrire dans un parti politique. Ils lui ont répondu : "Quitte d'abord ton parti parce que toi-même tu es Ministre et tu te trouves dans un parti politique et alors nous suivrons ton exemple". Elle y est encore ! Vous avez entendu également à la Radio que ces jours elle insulte même notre Président ! Avez-vous jamais entendu une mère aller proférer des injures publiquement ? Ce que je voudrais donc vous dire ici, et c'est la vérité, ce n'est pas un doûte pour dire que ce serait ceci ou cela, c'est qu'il y aurait, paraît-il, parmi eux des gens qui se seraient comportés de manière légère. Ils sont poursuivis pour leur appartenance au MRND, vous l'avez entendu ? Ils sont poursuivis pour leur appartenance au MRND. Franchement, accepterons-nous qu'ils viennent nous envahir pour nous arracher au MRND et nous prendre nos hommes ? 
7. Mbasabye ibikorwa bibili bikomeye cyane : icya mbere ni uko mwakwandikira uwo mushizi w'isoni utukana riva no kuli radiyo yacu twese y'Abanyarwanda, mwamwandikira mukamumenyesha ko abo barezi bacu ali indakemwa mu mico no mu myifatire kandi badufatiye abana neza, ko abo barezi bakomeza kurera bana, ko yisubiraho. Icyo ni icya mbere mbasabye. Maze mwese mugasinya pe ! Impapuro ntabwo zizabura rwose ! Maze rero nimumara iminsi mikeya adashubije, nk'irindwi gusa, kuko ibaruwa muzayohereza ijyane umuntu ayigezeyo, abimenye ko yayibonye, maze nihashira iminsi irindwi adashubije...MAZE RERO NIHASHIRA IMINSI IRINDWI ADASHUBIJE...Kandi akiha kugira ngo hagire undi muntu uza gusimbura ba ensipegiteri bali mu myanya icyo mugifate akibwira ko hali uza kumusimbura, uwonguwo uzaza rero aho ministri akomoka ni ahantu bita i Nyaruhengeri ku nkengero z'uBurundi i Butare muzabwire uwo muntu afate inzira yikorere impamba ye ajye kuba ensipegiteri i Nyaruhengeri ! Bazakoranireyo bose abo azashyiraho bose bajye i Nyaruhengeri kurera abana be, naho abacu bazakomera barerwe n'abacu . Icyo ni ikintu na none gikomeye tugomba gufatira ibyemezo : ni ukutavogerwa pe ! Ni umuziro !   Je vous demande de mener deux actions très importantes. La première est que vous écriviez à cette femme éhontée qui profère des injures publiquement et sur les antennes de notre Radio à nous tous les Rwandais. Que vous lui écriviez pour lui faire savoir que ces éducateurs qui sont des nôtres, sont irréprochables quant à leurs moeurs et comportements et qu'ils s'occupent avec soin de nos enfants ; qu'il faut que ces éducateurs continuent d'éduquer nos enfants, et qu'il faut qu'elle s'amende. Cela est la première action que je vous demande de mener. Et alors vous signeriez tous massivement : le papier ne manquera absolument pas. Si vous attendez quelques jours sans qu'elle réponde, environ sept jours seulement, car vous enverrez la lettre confiée à quelqu'un pour la faire parvenir à destination afin qu'il sache qu'elle l'a reçue, s'il se passe donc sept jours sans qu'elle réponde et qu'elle se permet de faire en sorte qu'une autre personne vienne remplacer les inspecteurs en place, retenez-le bien, si elle croit qu'il peut y avoir quelqu'un qui viendra le remplacer (l'inspecteur), pour celui-là qui viendra...l'endroit d'où le ministre est originaire est le lieu appelé Nyaruhengeri, à la frontière du Burundi, (exactement) à Butare, vous demanderez à cet homme de prendre le chemin, avec sa provision de route sur la tête, pour aller être l'inspecteur à Nyaruhengeri. Que tous ceux qu'elle aura nommés se retrouvent là-bas, qu'ils aillent à Nyaruhengeri pour s'occuper de l'éducation de ses enfants. Quant aux nôtres, ils poursuivront leur éducation par les nôtres. Ceci est encore un point important pour lequel nous devons prendre des décisions : ce n'est pas du tout nous laisser envahir, c'est un tabou ! 
8. Ikindi cyitwa kutavogerwa mu gihugu murabizi : abantu bitwa inyenzi ntimukongere kuvuga inkotanyi : ni inyenzi pe ! Abantu bitwa inyenzi bafashe inzira baradutera.
 
 
Jenerali-majoro Habyalimana Yuvenali afatanyije dore Serubuga, mwamubonye Koloneli ali hano yali umwungiliza we mu ngabo icyo gihe duterwa barahaguruka barahagarara, inyenzi bazijugunya hanze y'umupaka zisubira iyo zaturutse ; maze rero reka mbasetse : reka hazaze babandi bifuje ubutegetsi, nibamara kubushyikira, bafate inzira bajye i Buruseli. Bamaze kugera i Buruseli, icyo ni ikili MDR, PL na PSD, barazerana ngo mpaka batanze prefegitura ya Byumba ! Icyo ni icya mbere.Barasezerana mpaka ngo abasilikare bacu bagomba kubaka intege ! Mwumvise ibyo ministri w'intebe yivugiye ngo : "BAGIYE GUSHOKA IBISHANGA KANDI URUGAMBA RUSHYUSHYE" ! Icyo gihe abali bafite umutima woroshye muli bo, bavuye mu birindiro inyenzi zirinjira mu by'ukuli zijya haliya i Byumba nabo bajya gusahura amaduka, bacuza abacuruzi bacu b'i Byumba, Ruhengeri na Gisenyi, ubungubu ni na leta igomba kwishyura ibyo bintu kuko niyo yateye ibyo. Ntabwo ali umucuruzi wacu, nta n'umwenda askaka : umwenda w'iki se ? Maze rero abo bantu batuma tuvogerwa. Igihanishwa abo bantu nta kindi rero : "Azahanishwa urupfu umuntu wese uzaca intege ingabo z'igihugu ku rugamba" biranditse mu mategeko. Kuki uwo batamwica ? Nsengiyaremye agomba gushyikilizwa ubucamanza agacirwa urubanza, amategeko arahali aranditse. Bakamucira urubanza rwo gupfa nk'uko byanditse. Ibyo ntibibakange ngo ni uko ali ministri w'intebe, mumaze iminsi mwumva ku maradiyo ko n'abaministri b'uBufaransa basigaye bahamagarwa mu bucamanza ! "Azahanishwa urupfu mu gihe cy'intambara, umuntu uzatanga ubutaka bw'igihugu, n'agatanyu". Twagiramungu yabivugiye kuli radiyo, na CDR imutsinda kuli Radiyo. Abarwanashyaka be bata umutwe, namwe mwiyumvire rero. Ndagira ngo mbamenyeshe ko uwo muntu watanze Byumba kuli radiyo twese twumva, n'Abanyarwanda n'amahanga bumva, yacirwa urubanza ; azahanishwa urupfu biranditse mubaze abacamanza babereke aho bili ntabwo mbabeshya, azahanishwa urupfu umuntu uzatanga n'agatanyu k'uRwanda. None uwo muntu aracyakora iki ?
Une autre chose qu'on peut appeler "ne pas se laisser envahir" dans le pays, vous connaissez des gens qu'on appelle "inyenzi" (cancrelats), ne les appelez plus "inkotanyi" (combattants tenaces), car ce sont tout à fait des "inyenzi". Ces gens appelés inyenzi se sont mis en route pour nous attaquer.
Le Général-Major Habyarimana juvénal, aidé du Colonel Serubuga que vous avez vu ici présent et qui était son adjoint dans l'armée au moment où nous avons été attaqués, (les deux) se sont levés pour se mettre à l'oeuvre. Ils ont repoussé les "inyenzi" hors de la frontière d'où ils étaient arrivés. Et alors ici, permettez-moi de vous faire rire! Entre temps étaient arrivés ces gens-là qui convoitaient le pouvoir. Et après l'avoir obtenu, ils ont pris le chemin vers Bruxelles. A leur arrivée à Bruxelles, notez qu'il s'agit du MDR, du PL et du PSD, ils se mirent d'accord pour livrer coûte que coûte la Préfecture de Byumba. Ils se concertèrent pour décourager coûte que coûte nos soldats. Vous avez entendu ce que le Premier Ministre en personne a dit. Il a dit qu'ils allaient (les soldats) descendre dans les marais (cultiver) alors que la guerre faisait rage ! C'est à ce moment-là que ceux qui avaient un moral faible parmi eux ont abandonné leurs positions et les "inyenzi" les ont occupées. En effet, ces derniers se sont rendus là-bas à Byumba et eux (les soldats gouvernementaux) allèrent piller les magasins de nos commerçants de Byumba, de Ruhengeri et de Gisenyi. C'est d'ailleurs l'Etat qui devra les indemniser car c'est lui qui a créé cette situation. Ce n'est pas un de nos commerçants (qui l'a créée) car il ne demandait même pas de crédit ! Pourquoi un crédit ? ce sont ces gens-là donc qui nous ont poussés à nous laisser envahir. La punition de telles personnes n'est rien d'autre : "Toute personne qui démoralisera les forces armées du pays sur le front sera passible de la peine de mort". Cela est prescrit par la loi. Pourquoi ne tuerait-on pas cet individu ? Nsengiyaremye doit être traduit en justice pour être condamné. La loi est là et elle est écrite. Il doit être condamné à la peine de mort comme c'est écrit. Mais ne vous effrayez pas par le fait même qu'il soit Premier Ministre. Vous avez entendu ces derniers temps dire à la radio que même des Ministres français peuvent désormais être traduits en justice ! Sera passible de peine de mort, en temps de guerre, toute personne qui livrera une portion du sol national, ne fût-ce qu'un infime morceau. Twagiramungu l'a dit sur les antennes de la radio et la CDR lui a réglé son compte à la radio. Les Militants de son (parti) ont alors perdu la tête, imaginez-vous ! Je voudrais porter à votre connaissance que cet homme qui a livré Byumba sur les antennes de la Radio tandis que nous tous rwandais, ainsi que tous les pays étrangers, l'entendions, cet homme subira la peine de mort. C'est écrit, interrogez les juges, ils vous montreront où cela se trouve, je ne vous mens pas ! Sera passible de peine de mort toute personne qui livrera ne fût-ce qu'un infime morceau du Rwanda. Et qu'attends encore cet individu ? 
9. Kutavogerwa rero murabizi mwa babyeyi mwe, murabizi, muzi y'uko hali inyenzi zili mu gihugu, zafashe abana bazo zibohereza ku rugamba kujya gufatanya n'inkotanyi. Ibyo ni ibintu mwiyumvira, muzi. Ejo navuye muli Nshili ku Gikongoro ku mupaka w'uBurundi, nyura n'i Butare hose bagiye bambwira umubare w'abana bagiye, bakambwira bati : "Banyura, n'ubajyana kuki badafatwa, n'iyo milyango" ? None rero mbabwire : biranditse mu mategeko ngo mu gitabo cy'amategeko ahana ngo : "Azahanishwa urupfu umuntu wese uzafata abasilikare ashatse mu giturage hose ashaka abana abaha ingabo z'amahanga zitera Republika". Biranditse. Kuki abo babyeyi bohereje abana batabafata ngo babatsembe ? Kuki badafata abo babajyana na bo bose ngo babatsembe ? Ubu mutegereje ko bazaza kudutsemba koko ?!? Vous savez ce que c'est, chers parents, "ne pas se laisser envahir", oui, vous le savez. Vous savez qu'il y a au pays des "inyenzi" qui ont profité de l'occasion pour envoyer leurs enfants au front, pour aller secourir les "inkotanyi". Ca, c'est quelque chose dont vous entendez parler vous-mêmes. Vous savez qu'hier je suis rentré de Nshili dans Gikongoro à la frontière du Burundi, en passant par Butare. Partout, on m'a fait rapport du nombre de jeunes qui sont partis. On m'a dit : "Là où ils passent, ainsi que celui qui les conduit...pourquoi ne sont-ils pas arrêtés en même temps que leurs familles ? " Je vous le dis donc maintenant, cela est écrit dans la loi, dans le livre du Code Pénal : "Sera passible de peine de mort toute personne qui recrutera des soldats en les cherchant parmi la population, en cherchant partout des jeunes qu'elle ira donner aux forces armées étrangères qui attaqueront la République". C'est écrit. Pourquoi n'arrête-t-on pas ces parents qui ont envoyé leurs enfants et pourquoi ne les extermine-t-on pas ? Pourquoi n'arrête-t-on pas ceux qui les amènent et pourquoi ne les extermine-t-on pas tous ? Attendons-nous que ce soit réellement eux qui viennent nous exterminer ?
10. Maze rero ndagira ngo mbabwire iki : ni uko ubu dusabye ko abo bantu bose babashyira kuli lisiti bakabashyira imbere y'ubucamanza, bakabacira urubanza tukabumva ; nibaramuka biyangiye rero mw'itegeko-nshinga biranditsemo ngo "ubutabera bubera abaturage" Mu gifaransa biravuga ngo : "La justice est rendue au nom du peuple". Igihe rero ubucamanza butagikorera rubanda nk'uko byanditse mw'itegeko-nshinga Iyacu twishyiliyeho, icyo gihe ni ukuvuga ko twebwe abaturage bwagombye gukorera tugomba kwikorera, izo ngegera tukazitsemba. Ibi mbibabwiye mu manyakuli nk'uko byanditse mw'wivanjili : igihe muzemera ko inzoka iza kubalya mukayireka ikabagumamo, ni mwebwe muzashira.  Je voudrais vous dire que maintenant nous demandons que ces gens-là soient mis sur une liste et qu'ils soient traduits en justice pour qu'ils soient jugés en notre présence. Au cas où il arriverait qu'ils (les juges) refusent, il est écrit dans la constitution que "ubutabera bubera abaturage". En français, cela veut dire que "LA JUSTICE EST RENDUE AU NOM DU PEUPLE". Au cas où donc, la justice n'est plus au service du peuple, comme cela est écrit dans notre constitution que nous avons votée nous-mêmes, c'est à dire qu'à ce moment, nous autres composantes de la population au service de laquelle elle devrait se mettre, nous devons le faire nous-mêmes en exterminant cette canaille. Ceci je vous le dis en toute vérité, comme c'est écrit dans l'Evangile : "Lorsque vous accepterez qu'en venant vous mordre, un serpent reste attaché à vous avec votre accord, c'est alors vous qui serez anéantis". 

11. Ndabamenyesha ko ashize umunsi umwe n'ijoro limwe, sinzi ko rigezeho, i Kigali, agatsiko k'abantu bafite imbunda bagiye mu kabari, baravuga ngo : "amakarita muyerekane". Aba MDR babashyira haliya. Aba PL murabizi, babashyira haliya. N'aba PDC, ba bandi biyise abakristu, bajya haliya. Uwa MRND agaragaje ikarita bahita bamurasa urufaya, simbabeshya bazabibabwire no kuli radiyo, barashe uwo muntu baligitira mu bishanga by'i Kigali baratoroka, bamaze kuvuga ngo ni inkotanyi. None mumbwire rero abo bana baragenda bafite ikarita y'indangamuntu yacu, bakagaruka bafite imbunda ali inyenzi n'ibyitso byazo, bakaza kuturasa. Ntabwo rero nemera kp tuzemera kuraswa. Umuntu uhagarariye MDR hano uhavugira ntakongere kuba muli iyi komini no muli iyi perefegitura...kuko ni icyitso. Abahagaraliye aliya mashyaka afatanya n'inyenzi, abahagaraliye... ndabibabwiye simbabeshya, ni ukugirango... bashaka kudutsemba ! BASHAKA KUDUTSEMBA ! Nta kindi bagamije kandi tugomba kubabwiza ukuli ; ntabwo njye mbahisha rwose ! Icyo bagamije ni icyo. Ndagira ngo mbabwire rero ko abahagaraliye ya mashyaka afatanya n'inyenzi aliyo MDR, aliyo PSD, aliyo PL, aliyo PDC n'utundi tw'intarutsi, tugenda tuyegera, ayo mashyaka n'abayahagaraliye bagomba kujya gutura i Kayenzi kwa Nsengiyaremye tukamenya abo turasana aho bali !

 
 
 
 

Bavandimwe, barwanashyaka ba Muvoma yacu, ibi mbabwira ntabwo ali ibikino, ni ukubabwiza ukuli kugira ngo hatazagira uwumva bamurashe mukazatubwira ngo twe duhagarariye ishyaka ngo ntitwababwiye. Ubwo rero ndababwiye mubimenye, n'ufite umwana yohereje mu nyenzi, azisange n'umulyango we n'umugore we hakili kare, kuko igihe kirageze ko natwe twirwanaho, kugirango...Ntabwo tuzemera gupfa amategeko yanze gukora !

Je vous apprends qu'il y a un jour et une nuit, je ne sais pas si c'est tout juste, un petit groupe d'hommes armés de fusils s'est rendu dans un cabaret pour exiger de présenter des cartes. Ils placèrent ceux du MDR là-bas à part. Ceux du PL, vous vous en doûtez, ils les placèrent là-bas à part et même ceux du PDC, ces autres là, qui se font passer pour des chrétiens, ils les placèrent là-bas à part. Lorsqu'un membre du MRND a exhibé sa carte, ils l'ont immédiatement mitraillé ; je ne vous mens pas, qu'on vous le dise même à la radio ; ils ont tiré sur cet homme et se sont éclipsés dans les marais de Kigali pour prendre fuite, après avoir déclaré qu'ils étaient des "Inkotanyi". Dites-moi donc, ces jeunes gens s'en vont munis de notre carte d'identité, puis ils reviennent armés de fusils au nom d'"Inyenzi" ou de leurs complices, pour tirer sur nous ! Qu'un représentant local du MDR ne vive plus dans cette commune ni dans cette préfecture, parce que c'est un complice ! Les représentants de ces partis-là, qui collaborent avec les "Inyenzi", je vous le dis sans vous mentir, ne veulent que nous exterminer : ils n'ont pas d'autre objectif. Et nous devrons leur dire la vérité. Moi, je ne leur cache rien du tout. L'objectif qu'ils poursuivent est bien celui-là. Je voudrais vous dire donc que les représentants de ces partis-là qui collaborent avec les "Inyenzi", à savoir le MDR, le PL, le PSD, le PDC et d'autres groupuscules rencontrés ici et là, qui s'y rattachent et ne font que vagabonder, tous ces partis, ainsi que leurs représentants doivent aller habiter à Kayenzi chez Nsengiyaremye ; ainsi nous saurons où se trouvent ceux avec qui nous sommes en guerre.

Mes frères, militants de notre Mouvement, ce que je vous dis là n'est pas une plaisanterie, c'est plutôt vous parler en toute vérité pour que, si un jour quelqu'un se voit attaquer au fusil par eux, vous ne venyez pas nous dire que nous qui représentons le parti ne vous avons pas avertis ! Maintenant donc, je vous le dis pour que vous le sachiez. Et si quelqu'un a envoyé un enfant parmi les "Inyenzi", qu'il les rejoigne avec sa famille et sa femme pendant qu'il est encore temps, car le temps est arrivé pour que nous aussi, nous nous défendions, afin que... Nous n'accepterons jamais de mourir parce que la loi refuse de jouer son rôle !

12. Ndabamenyesha ko umunzi bakoze imyigaragambyo, kuwa kane, bakubise abantu bacu, bagahungira no mu kiliziya ili munsi ya Rond Point, abo bantu ngo bitwa abakristu ba PDC nabo bakabirukaho bakajya kubakubitira mu kiliziya. Abandi bahungiye muli Centre culturel y'Abafransa rwose ! None ndagira ngo mbabwire ko batangiye kwica, nta kindi ni uko bimeze, batera mu ngo bakica ubu uwumviswe ko ali MRND bakica, bagakubita, ni uko bimeze. None rero ni uko, abo bahagaraliye amashyaka muli prefegitura yacu nibafate inzira bajye gutura hamwe n'inyenzi ! Ntabwo dushaka abantu batubamo ngo bazaturase baturi impande.  Je vous apprends que le jour où on a fait des manifestations, le jeudi, ils ont battu nos hommes qui ont dû se réfugier dans l'église se trouvant en bas du Rond-Point. Ces gens dits chrétiens du PDC les ont poursuivis et sont allés les battre dans l'église. D'autres se sont réfugiés dans le Centre Culturel Français. Je voudrais donc vous dire qu'ils ont commencé à tuer. C'est tout, il en est ainsi ! Ils s'attaquent aux habitations et tuent. Maintenant, celui dont on entend dire qu'il est membre du MRND est battu et tué par eux ; c'est ainsi que ça se passe. Maintenant donc, il faut que ces gens qui représentent leurs partis dans notre préfecture prennent le chemin pour aller habiter avec les "inyenzi", nous n'acceptons pas du tout que des gens qui vivent parmi nous nous tirent dessus tout en étant à nos côtés. 
13. Ikindi kintu gikomeye nagira ngo mbabwire kugira ngo tudakomeza kuvogerwa : mwumva bavuga ngo imishyikirano ya Arusha ! Simbivugaho kuko...umwanya munini kuko ngira ngo uhagaraliye umunyamabanga mukuru wa Muvoma araza kubivuga ku bulyo burambuye. Aliko icyo nababwira ni uko intumva mwumva ngo zili Arusha, ntabwo zihagaraliye uRwanda... Ibyo bajya kuvuga Aru mbabwije amanyakuli ! Intumva z'uRwanda zitwa iz'uRwanda ziyobowe n'inyenzi ! Ikagenda ikajya kuvugana n'inyenzi ! Nkuko babivuga mu ndilimbo mujya mwumva ngo "Ni Immana yavuye ku Mmana", nabo ni inyenzi yavuye ku nyenzi ivugira inyenzi ! Ibyo bajya kuvuga Arusha ni ibyo ibyo byitso by'inyenzi bili ino byagiye i Buruseli, bajya gukorera Arusha ngo byitilirwe uRwanda, nta na kimwe kitali icy'i Buruseli gikorerwa aho ; n'ikivuye mu Rwanda, ntabwo ali ikiba kivuye muli guverinoma yacu : ni icy'i Buruseli bagenda bikoreye bakajyana Arusha ! Ni inyenzi rero ivugana n'indi, ibyo bita imishyikirano ntitwanga gushyikirana ndagira ngo mbabwire ko atali iy'uRwanda : ni inyenzi zivugana n'inyenzi ! Mubimenye rwose ! Kandi ntabwo tuzemera ibyo bintu bizava ahongaho.  Un autre point important dont je voudrais vous entretenir pour que nous ne continuions pas à nous laisser envahir : vous entendez parler des pourparlers d'Arusha. Je n'en parlerai pas longtemps car le représentant du Secrétaire Général (du Mouvement) en parlera d'une manière détaillée. Mais ce que je vais vous dire c'est que les délégués dont vous entendez dire qu'ils sont à Arusha ne représentent pas le Rwanda. Ils ne représentent pas tout le Rwanda, et je vous le dis en toute vérité. Les délégués du Rwanda, qui sont dits du Rwanda, sont conduits par un "Inyenzi" qui y va pour s'entretenir avec les "Inyenzi", comme cela se dit dans un chant que vous entendez de temps en temps, où il est dit : "Il est Dieu né de Dieu". De même eux, c'est "Inyenzi né d'Inyenzi qui parle au nom d'Inyenzi". Quant à ce qu'ils vont dire à Arusha, c'est cela même que ces complices des "Inyenzi" vivant ici sont allés dire à Bruxelles. Ils vont travailler à Arusha pour que tout cela soit attribué au Rwanda alors qu'il n'y a rien qui ne soit de Bruxelles qui se passe là-bas ! Et même ce qui vient du Rwanda ne vient pas du tout de notre gouvernement : c'est une affaire de Bruxelles qu'ils se mettent sur la tête pour l'emporter avec eux à Arusha ! C'est donc un "Inyenzi" qui traîte avec un autre ! Quant à ce qu'on appelle "pourparlers", nous ne sommes pas contre les pourparlers. Je voudrais vous dire qu'ils ne viennent pas du Rwanda : ce sont des "Inyenzi" qui discuttent avec des "Inyenzi" et sachez-le une fois pour toute ! En tout cas, nous n'accepterons jamais ces choses qui proviendront de là-bas !  
14. Ikindi nababwiye rero ni uko tugomba kwirwanaho. Bimwe nabinyuzemo, aliko ndababwiye ngo : duhaguruke ! Banyongoreye mu kanya ngo ni ababyeyi bagomba guhaguruka hamwe n'abalimu kuli cya kibazo cy'aba ensipegiteri bacu. Aliko n'udafite umwana mw'ishuli, nawe yabashyigikira, kuko nawe ejo azamugira, cyangwa ejo bundi yaramwigeze. Maze twese duhagurukire icyalimwe dusinye pe !  Un autre point dont je vous ai entretenu est que nous devons nous défendre. J'en ai parlé brièvement. Mais, je vous dis qu'il faut que nous nous levions ! On m'a chuchoté à l'oreille il y a un instant que ce ne sont pas les parents seuls qui doivent se lever en même temps que les enseignants au sujet du fameux problème de nos inspecteurs. Mais même celui qui n'a pas d'enfant à l'école, celui-là aussi devrait les soutenir car lui aussi en aura un demain ou bien il en avait un avant-hier. Levons-nous donc tous et signons !  
15. Icya kabili nababwira ni ikingiki : ni uko dufite abaministri 9 muli iyi guverinoma. Uko bahagurutse ngo birukane aba ensipegiteri bacu bagendeye kuli ministeri yabo, bagahaguruka ngo birukane abalimu bigisha mu mashuli yisumbuye mumaze iminsi mwumva wa mugore azungumuka mu mashuli, nta kiba kimujyanye ni ukwirukana ba diregiteri n'abalimu bayalimo batali mw'ishyaka Iye. Mwumvise ibikorwa muli Minitrape : si ubujura gusa, n'abakozi bacu barabahagurukiye. Mwumvise ibikorerwa kuli radiyo, n'ikiganiro banyonze cy'i Byumba ; mwumvise uko byifashe. Ndagira ngo mbabwire rero dusabe abaministri bacu nabo, hali abakora mu mashyaka yabo bali muli ministeri zacu. Mwumvise nk'umurwanashyaka ministri Ngirabatware utali hano kubera ko igihugu cyamutumye ahakomeye. Minisiteri ye rero nayigezemo kuwa kane halimo utuntu duke si uko nisuzugura ngo ndi muli MRND twa MRND, abalimo ni inyenzi nsa, bali muli PL na MDR ni bo bali muli minisiteri rwose y'imigambi ya Leta ! Murumva uwo muminisitiri avuze ati : "Nimukora ku ba ensipegiteri bacu namwe abanyu ndabakunkumura" byagenda gute ? Abaministri bacu nabo nibakunkumure isaho ingegera zili iwabo zigende zijye muli minisiteri za bene wabo !  Le deuxième point dont je vous entretiendrai est le suivant : c'est que nous avons neuf ministres dans le présent gouvernement. De la même façon qu'ils se sont levés pour chasser nos inspecteurs en se fondant sur leur Ministère, qu'ils se sont levés pour chasser des enseignants des écoles secondaires...il y a quelques jours, vous avez entendu que la fameuse femme circulait dans les écoles. Aucun autre motif ne l'y poussait si ce n'est que de chasser les inspecteurs et les enseignants qui s'y trouvaient et qui n'étaient pas dans son Parti. Vous avez entendu ce qui se fait au Minitrape : il ne s'agit pas que de détournement, même on s'en est pris à nos travailleurs ! Vous avez entendu ce qui se passe à la Radio, ainsi que l'émission de Byumba qu'on a étouffée. Vous avez entendu comment tout cela se passe. Je voudrais vous dire donc qu'il faut que nous demandions à nos Ministres que eux aussi, il y a des gens qui travaillent pour leurs partis et qui se trouvent dans nos Ministères... Vous avez entendu parler par exemple du Militant-Ministre Ngirabatware, qui n'est pas présent ici parce que le pays lui a confié une mission importante. J'ai visité son Ministère jeudi. Il y avait là-dedans une petite poignée de gens, ce n'est pas que je me sous-estime parce que je suis dans le MRND, (une poignée de) quelques personnes du MRND, ceux qui s'y trouvent sont exclusivement des "Inyenzi" appartenant au PL et au MDR ! Ce sont eux qui se trouvent dans le Ministère du Plan ! Vous comprenez que si ce Ministre disait : "Si vous touchez à nos inspecteurs, les vôtres également, je vais les liquider". Que se passerait-il ? Que nos Ministres eux aussi secouent le sac pour que la vermine qui se trouve chez eux disparaisse pour aller dans les Ministères des leurs. 
16. Ikintu mbasabye gikomeye na none abantu bali ku milimo bose bali muli MRND : ni ubufatanye. Uli ku kigega cy'amafaranga, nk'uko bayakoresha nawe nayazane tuyakoreshe. Uyafite ku giti cye ni uko MRND yayamuhaye imufasha imushyigikira, nawe akirwanaho kuko ali umugabo ; kuko na we bateze kumukata ijosi, nayazane tubakate amajosi. Mwibuke Muvoma yacu ko ishingiye muli selire, Muvoma yacu igashingira muli segiteri no muli commune. Perezida yababwiye ko igiti gifite amashami kikagira amababi ntikigire imizi, gipfa ! Imizi yacu ni aho ishingiye. Nimusubire hamwe nubwo nta mafaranga bakibahemba abaselire bacu nimujye hamwe : uwinjiye muli selire mumubone, mumukande, niba ali icyitso, ye kuyisohokamo. YE KUYISOHOKAMO !!!  Une chose importante que je demande encore à tous ceux qui travaillent et qui sont au sein du MRND : "Unissez-vous !". Que celui qui est chargé des finances, comme les autres s'en servent, lui aussi apporte l'argent pour que nous nous en servions. Qu'il en soit de même pour celui qui en a à son propre compte. Le MRND le lui a donné pour l'aider et le soutenir, afin que, lui aussi, puisse subvenir à ses besoins en sa qualité d'homme. Comme ils ont l'intention de lui couper le cou, qu'il l'apporte (l'argent) pour que nous leur coupions les cous ! Souvenez-vous que la base de notre Mouvement est la cellule, que la base de notre Mouvement est le secteur et la Commune. Il (le Président) vous a dit qu'un arbre qui a des branches et a des feuilles sans avoir des racines meurt. Nos racines sont fondamentalement là-bas. Unissez-vous encore, bien sûr vous n'êtes plus rémunérés, que nos membres des cellules se mettent ensemble. Si quelqu'un pénètre dans la cellule, surveillez-le du regard et écrasez-le ; s'il est complice, qu'il ne puisse plus en sortir ! Oui, qu'il ne puisse plus en sortir !  
17. Mperutse kubwira umuntu wali unyiraseho ngo ni za PL. Ndamubwira nti : "ikoza twakoze muli 59, nubwo nali umwana, nuko twabaretse mugasohoka". Mubaza niba atarumvishe inkuru y'abaFalasha, basubiye iwabo muli Israyeli bavuye muli Ethiopiya ambwira ko atayizi, nti : "Ntabwo uzi kwumva no gusoma ? Jye ndakumenyesha ko iwanyu ali muli Ethiopiya, ko tuzabanyuza muli Nyabarongo mukagera yo bwangu" !   Dernièrement j'ai dit à quelqu'un qui venait de se vanter devant moi d'appartenir au PL. Je lui ai dit : "L'erreur que nous avons commise en 1959 est que, j'étais encore un enfant, nous vous avons laissés sortir". Je lui ai demandé s'il n'a pas entendu raconter l'histoire des Falashas qui sont retournés chez eux en Isräel en provenance de l'Ethiopie ? il m'a répondu qu'il n'en savait rien ! Je lui ai dit : "Ne sais-tu pas donc ni écouter ni lire ? moi, je te fais savoir que chez toi c'est en Ethiopie, que nous vous ferons passer par la Nyabarongo pour que vous parveniez vite là-bas". 
18. Maze rero icyo mbabwiye cyo kugira ngo duhaguruke, tugomba guhaguruka koko. Icyo ngiye gusozerezaho rero...Icyo ngiye gusozerezaho ni ikintu gikomeye : ejo nali muli Nshili. Mwumvise ko Abarundi batubeshyeye, nali nagiye kureba uko kuli. Mu kujya yo abantu barankanga ngo simvayo, ngo ndapfira yo. Ndavuga nti : "Nimpfa sinzaba mbaye igitambo cya mbere". Maze rero muli Nshili bavanyeho burgumestiri wahozeho, ngo kuko ngo ashaje da! Ngo yatangiye muli za mirongo itandatu, n'ejo naramubonye aracyali umusore ! Ngo kuko ali MRND, avaho ! Bajya gushyiraho igisambo, nabyo biranga ! Hagiyeho umunyamurava, baramwanga ! Ubu iyo komini yitwa Nshili iyoborwa n'umukonseye na we byayobeye uko abigenza. Aho hantu rero muli Nshili dufiteyo ingabo z'igihugu zilinda umupaka. Hali abantu bitwa aba JDR... Kubera ko ingabo zacu zitonda zitarasana -cyane cyane ntizarasa Umunyarwanda kereka ali inyenzi, abasilikare ntibakamenye ko n'abantu bo muli MDR bose babaye inyenzi, ntibabimenye, barabagota badufatira abajandarume ku bulyo umuturage utali no mw'ishyaka ryacu yanyibwiliye ati : "Icyo twifuza, uwazana amatora, tugatora burgumestiri ; biti inhi se, igihe ataraza, bakaba bashubijeho uwahozeho, kuko aho ibintu bigeze, n'uzaza ntazashobora kugarura abaturage mu nzira".  Quant à ce que je vous dis, qu'il faut que nous nous levions, nous devons nous lever réellement. Ce par quoi je vais terminer est une chose importante. Hier j'étais à Nshili, vous avez appris que les Barundi nous ont calomniés, j'étais allé vérifier la vérité. Avant que je n'aille là, des gens m'avaient dit que je n'en reviendrais pas. Que j'y mourrai. J'ai répondu : "Si je meurs, je ne serai pas la première victime à être sacrifiée". A Nshili donc, on a destitué le bourgmestre qui y était avant, sous prétexte qu'il serait, paraît-il, vieux ! Qu'il aurait commencé à travailler en 1960 ! Et pourtant, hier je l'ai vu, il est encore jeune homme ! Mais parce qu'il était dans le MRND, il a quitté ! Ils ont voulu y mettre un voleur ; cela n'a pas marché non plus. Quand on y mit un homme honnête, ils (la population) l'ont refusé ! Aujourd'hui, cette commune appelée Nshili est administrée par un conseiller qui, lui non plus ne sait que faire ! A cet endroit donc dit Nshili, nous y avons des forces armées du pays qui gardent la frontière. Il y a là des gens appelés des JDR, pour la bonne raison que nos militaires nationaux sont disciplinés et ne tirent sur personne, surtout ils ne tireraient pas sur un rwandais, sauf si c'est un "Inyenzi", ces militaires n'ont pas su que toutes les personnes du MDR étaient devenues des "Inyenzi" ! Ceux-ci les ont encerclés et ont arrêté nos gendarmes, à tel point qu'un citoyen qui n'est pas dans notre parti m'a dit personnellement : "Ce que je souhaite c'est qu'on nous apporte les élections pour que nous élisions un Bourgmestre. Sinon, avant qu'il ne vienne, qu'on réinstalle provisoirement celui-là qui y était avant parce qu'à voir où en sont arrivées les choses, il ne pourra pas remettre les citoyens sur la bonne voie".  

19. Maze rero babyeyi, bavandimwe, nagira ngo mbabwire ikintu gikomeye : amatora agomba kuza tugomba gutora pe ! Ubu uko duteraniye aha mbese, hali uwaliye undi urwara ra ? Ngo umutekano!...Ngo ntitwatora!...Ntimujya mu missa ku cyumweru ra ? Ntimwaje hano muli mitingi ra ? Muli MRND ntimwatoye abayobozi b'inzego zose ra ? Abo babivuga se bo si ko babigenza ntibatoye ? Icyo kintu bitwaza barabeshya nta mpamvu yatuma tudatora ngo kubera umutekano, kuko na bo ubwabo bagenda mu gihugu, n'imvururu ziliho ni bo bazikurura ; icyo ni icya mbere nagira ngo mbabwire : baratubeshya : twese nk'aha tuli dushobora no gutora.

 

Icya kabili : bitwaza abavanywe mu byabo n'iyi ntambara bali i Byumba. Ndagira ngo mbamenyeshe ko nta wagiye kubaza abo bantu ko badashaka gutora, njye banyibwiliye ko bahoranye abakonseye bamwe baba abanebwe, ndetse ngo bamwe mu ba burgumesitiri babo babaye abanebwe. Kubera ko ya minisiteri ibajyanira ibiryo icungwa n'inkotanyi...nako inyenzi, Lando, yafashe abantu bitwa inyenzi n'ibyitso zili mu gihugu aba ali bo aha kujyanira ibiryo abo bantu ; aho kubijyanayo rero bakabicuruza bikajya kugura amasasu bashyira za nyenzi ziturasa ! Ndagira ngo mbabwire rero yuko baravuze bati : "Namwe muratwo...turaraswa inyuma, mukaturasa n'imbere mutwoherereza izo ngegera kutuzanira ibiryo" ? Nabuze icyo mbabwira. Baravuga rero bati : "Icyo twifuza ni uko muli twe twakwitoreramo abayobozi, abakonseye, abaselire, burgumestiri, tukamenya ko tuli hamwe hano muli camp, akaturwanaho, akadushakira ibiryo". Murumva ko icyo abo bagabo bambwiye n'abo bagore bahungiye mu bintu hilya iliya ibyo mujya mwumva, balifuza nabo amatora ; igihugu cyose kilifuza amatora, kugira ngo kiyoborwe n'intwali nk'uko gisanzwe kili. Umva rero natwe twese icyo twakora ni icyo : ni ugusaba ayo matora. Maze rero kugira ngo nsoze, ndagira ngo mbibutse ibintu maze kubabwira bikomeye : icy'imena, ni ukutavogerwa, kugira ngo n'abasamba batagira uwo bahitana muli mwe. Ntimugatinye : mumenye ko uwo mutazakata ijosi ali we uzalibakata ! Nkababwira rero ko abo batangira kugenda hakili kare, bakajya gutura muli bene wabo, bakajya no mu nyenzi, aho kuduturamo ngo babike imbunda, nidusinzira baturase ! Maze rero mubahambilize, bafate inzira bagende, ntihakagire n'ugaruka kuvugira aha, uzana n'ibyahi ngo ni amabendera !  

Chers parents, chers frères, je voudrais vous dire une chose importante : les élections doivent avoir lieu, nous devons tous élire. Comme vous êtes maintenant tous réunis ici, y a-t-il quelqu'un qui a donné un coup d'ongle à un autre ? On parle de sécurité. On dit que nous ne pouvons pas élire. N'allez-vous pas à la messe dimanche ? N'êtes-vous pas venus ici au meeting ? Au MRND, n'avez-vous pas élu les responsables à tous les échelons ? Ceux-là même qui le disent, ne font-ils pas la même chose ? N'ont-ils pas élu ? Pour ce prétexte qu'ils avancent, il n'y a aucune raison qui nous empêche d'élire à cause de la sécurité, parce que eux-mêmes se promènent dans le pays et les troubles qui ont lieu, ce sont eux qui les provoquent. C'est là le premier mot que je voulais vous adresser : ils nous trompent tous, même ici où nous sommes, nous pouvons élire.

Deuxièmement, ils se fondent sur les déplacés de guerre se trouvant à Byumba. Je voudrais vous faire savoir que personne n'est allé demander à ces gens s'il ne veulent pas élire. A moi personnellement ils ont dit qu'ils avaient auparavant des conseillers paresseux, que même certains parmi leurs Bourgmestres étaient des paresseux. Etant donné que le Ministère qui leur porte les vivres est surveillé par un "Inkotanyi" ou plutôt l'"Inyenzi" Lando, celui-ci a choisi des gens appelés "Inyenzi" et leurs complices qui sont dans ce pays et c'est à eux qu'il a confié la mission de porter les vivres à ces gens. Au lieu de les leur porter là-bas, ils les vendent pour aller acheter des munitions qu'ils portent aux "Inyenzi" qui nous tirent dessus ! Je voudrais vous dire qu'ils ont dit : "On tire sur nous par derrière, et vous, vous tirez sur nous par devant en nous envoyant cette canaille nous apporter des vivres". Je n'ai pas trouvé de quoi leur répondre et ils ont poursuivi : "Ce que nous souhaitons, disent-ils, c'est que parmi nous, nous puissions élire des responsables, des conseillers, des responsables des cellules, un Bourgmestre ; que nous puissions savoir que nous sommes avec lui ici au camp, qu'il nous protège, qu'il nous cherche des vivres". Vous comprenez que ce que m'ont dit ces hommes et ces femmes qui ont fui dans ces circonstances que vous entendez de temps en temps, à gauche, à droite, c'est qu'ils souhaitent eux aussi des élections ; tout le pays souhaite des élections pour qu'il soit dirigé par des braves comme cela se passait habituellement. Comprenez donc, ce que nous devrions tous faire, c'est cela, c'est réclamer ces élections. Pour que je puisse terminer donc, je voudrais vous rappeler toutes les choses importantes dont je viens de vous entretenir : la plus essentielle est de ne pas nous laisser envahir, de peur que même ceux-là qui agonisent n'emportent personne parmi vous. N'ayez pas peur, sachez que celui à qui vous ne couperez pas le cou, c'est celui-là même qui vous le coupera. Je vous dis donc que ces gens là devraient commencer à partir pendant qu'il est encore temps et à aller habiter parmi les leurs ou aller même parmi les "Inyenzi" au lieu d'habiter parmi nous en conservant des fusils, pour que quand nous serons endormis, ils nous tirent dessus. Faites donc les plier bagage, qu'ils prennent le chemin du départ, de façon que plus personne ne revienne ici prendre la parole et que plus personne n'apporte des chiffons prétendus être des drapeaux ! 

20. Ikindi gikomeye ni uko tugomba guhaguruka, tugahaguruka icyalimwe, ukoze ku wacu tukaba umwe, akabura aho anyura ! Ba ensipegiteri bacu ntaho bazajya, abo bazashyiraho bazafata inzira bajye i Nyaruhengeri, iwabo wa ministiri Agatha kurera abana be ! Icyo mugifate !

Icyo nshojerejeho ni ikuntu gikomeye : ni amatora. Maze ndabashimira kuba munteze amatwi, kandi nkaba mbashimiye ubutwali mufite mu maboko yanyu no mu mutima wanyu, nzi ko muli abagabo, mukaba n'inkumi n'ababyeyi batavogerwa, banga agasuzuguro, murakaramba !

Perezida Habyalimana, ramba !

MURAKARAMA ! 

Autre chose d'important, c'est que nous devons nous lever, nous lever comme un seul homme...si quelqu'un touche à un des nôtres, qu'il ne trouve pas où passer. Nos inspecteurs n'iront nulle part. Ceux qu'ils placeront prendront le chemin pour aller à Nyaruhengeri, chez la ministre Agathe, s'occuper de l'éducation de ses enfants ! Retenez-le bien ! Ce par quoi je termine, c'est une chose importante: c'est les élections. Et je vous remercie de m'avoir prêté l'oreille et je vous remercie aussi pour le courage que vous avez, dans vos bras et dans vos coeurs. Je sais que vous êtes des hommes, que vous êtes des jeunes filles adultes, des pères et des mères qui ne se laissent pas envahir, qui refusent le mépris. Ayez une longue vie !

Au Président Habyarimana, longue vie...

A vous, longue vie et prospérité...